Centenaire de l’Union fédérale

A l’attention des adhérents de l’Union fédérale, il est encore temps pour les inscriptions. Actuellement plus de six cents inscrits et plus de deux cent cinquante porte-drapeaux se sont  enregistrés.

L’UF représentée au sein de l’UFAC

Faisant suite aux élections qui se sont déroulées durant l’assemblée générale de l’Union Française des Associations de Combattants et Victimes de Guerre (UFAC) l’Union fédérale est représentée au sein du bureau national de cette structure.

Ont été élus: Vice-président: Claude HENRY,

Secrétaire général adjoint: Derwich DELAYE,

Assesseurs: Jean-Paul APAYA-GADABAYA,

Dominique LEPINE,

Gérard RUFFIER-MONET,

Commission de contrôle financier: Jean-François JABLONKA.

Message du 5 décembre de l’Union fédérale à la mémoire des victimes de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie

Comme chaque année, nous sommes, ici, rassemblés pour rendre l’hommage solennel à nos soldats « Morts pour la France » durant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.

Les évènements de la Toussaint 54, ont amené le gouvernement à envoyer le contingent pour des opérations de maintien de l’ordre et de pacification dans les trois départements d’Algérie qui, à l’époque, étaient français. Il n’était pas encore question de parler de guerre. Certains de ceux, qui étaient envoyés, avaient déjà effectué leur service militaire, c’étaient les rappelés. Ces derniers ont été arrachés à leur vie familiale et professionnelle pour une cause nationale : défendre la Patrie. Puis, jusqu’en 1964, les contingents se sont succédé.

Ces soldats du contingent, avec leurs camarades de carrière ont payé un lourd tribu, environ trente mille morts sans compter les blessés, traumatisés dans leur chair et dans leur esprit. Ils ont fait le sacrifice de leur vie et il est de notre devoir de pérenniser ce sacrifice.

Il ne faut pas oublier nos camarades Harkis et supplétifs, qui ont combattu sous le drapeau français car, pour eux, c’était naturel, l’Algérie était la France.

Parmi tous ces soldats, certains avaient fait les campagnes d’Italie et d’Allemagne, d’autres plus jeunes avaient été en Indochine et pour la majorité, c’était leurs premiers combats.

Nous devons, dans cette journée mémorielle, avoir une pensée particulière pour ces soldats que la République avait enrôlés et qu’elle a abandonnés  avec leurs familles après le « cessez le feu ». Nous savons ce qu’il en est advenu.

Cet hommage, annuel, aux combattants de la guerre d’Algérie, ainsi qu’aux victimes civiles est nécessaire pour rappeler aux générations futures que la paix n’est jamais définitivement acquise.  Nous  souhaitons de ne jamais connaitre à nouveau  une pareille situation.

Nous sommes fiers d’avoir servi la France.

Message de l’Union Fédérale à l’occasion du 11 novembre 2017

1917

Cette troisième année de guerre devait être décisive sur le plan militaire. Elle aura été surtout une année de doutes et de désillusions pour les combattants comme pour l’ensemble de la nation.

  • en février la Russie subit une révolution qui mettra à bas un régime dynastique.
  • en avril le congrès américain décide de son entrée en guerre à nos côtés.
  • 30 000 soldats du corps d’armée canadien s’emparent de Vimy, au nord d’Arras. Cette victoire leur coûtera près de 6000 morts.
  • Le général NIVELLE lance l’offensive du Chemin des Dames entre Soissons et Reims. Conduite avec entêtement malgré des conditions défavorables, ce sera une tragique catastrophe. En quinze jours, les français compteront 100 000 pertes dont 40 000 morts.
  • Beaucoup de sacrifices ont été demandés à nos soldats depuis le début de la guerre. Ils les ont acceptés mais ont à présent l’impression qu’ils étaient trop souvent inutiles.

De mai à juin beaucoup de nos divisions seront touchées par des refus d’obéissance. Des mutineries éclateront. Les tribunaux militaires condamneront 3200 soldats, 629 d’entre eux à la peine de mort. La majorité de ces derniers seront graciés par le Président de la République.

En juin, l’élément précurseur de l’armée américaine conduit par le général John PERSCHING débarque à Boulogne-sur-Mer.de juillet à novembre le Général Douglas HAIG commandant les troupes britanniques lance une attaque dans la boue des Flandres, à Passchendaele. Comme pour le Chemin des Dames le résultat en est catastrophique. La Grande-Bretagne y perd 250 000 hommes (morts, blessés, disparus, prisonniers).

Si la bataille de Cambrai confirme l’importance d’une arme nouvelle, le char d’assaut, elle n’apporte pas beaucoup de modification au déroulement des combats.

Fin octobre, une deuxième révolution en Russie voit la mise en place d’un régime totalitaire faisant du pays le premier régime communiste.

Fin novembre, arrivée d’une partie de la 42ème division du corps expéditionnaire Américain qui sera bientôt commandée par le Chef d’Etat-major Douglas MAC ARTHUR.

En cette fin d’année 1917 la France, ses alliés et leurs adversaires sont loin de se douter que cette situation faite de hauts et de bas durera encore une année.

Depuis ce temps, l’un des chapitres de notre Histoire, cent années se sont écoulées. Nous avons connu depuis une autre période dramatique précédée et suivie d’autres beaucoup plus favorables.

Quelles leçons en avons-nous tirées ?

Sans être fort heureusement confrontés à d’aussi grandes épreuves que celles vécues au siècle dernier notre pays, et ce depuis longtemps déjà, doit faire face à de très nombreuses situations, tant intérieures qu’extérieures qui le mettent en danger.

Nous ne pouvons qu’être inquiets de la situation actuelle dans laquelle il se trouve et nous soucier de son devenir.

Vive la République !

Vive la France !

 

Annulation de crédits dédiés aux anciens combattants

Par le décret n°2017-1182 du 20 juillet 2017 paru au J.O du 21 juillet
– 1,6 million d’€ (M€) en autorisations d’engagement et 1,2 million d’€ (M€) en crédits de paiement sont annulés sur le programme 167 « Lien avec la Nation et son armée » de la Mission « Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation ». Ces annulations portent sur des crédits sans emploi.
– 25 millions d’€ (M€) en autorisation d’engagement et en crédits de paiement sont annulés sur le programme 169 « Reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant » de la même Mission. Ces annulations anticipent des dépenses moindres sur les paiements des diverses prestations et sur des mesures de pilotage des subventions versées aux opérateurs publics.

Nouvelle valeur du point d’indice PMI

Article 1

La valeur du point d’indice de pension militaire d’invalidité au 1er janvier 2017 est, compte tenu de la variation de l’indice d’ensemble des traitements bruts de la fonction publique de l’Etat constatée, fixée à 14,40 euros. 

Article 2

La ministre des armées et le ministre de l’action et des comptes publics, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française. 

 

Communiqué suite à la parution du décret 2017-1150 du 10.07.17

C’est une faute !

Le décret 2017-1150 du 10 juillet paru au JO du 11 juillet 2017 relatif aux attributions de la Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des Armées est sans ambiguïté. Il n’existe rien dans les décrets définissant les missions de la Ministre des Armées et de sa Secrétaire d’Etat qui concerne de près ou de loin les Anciens combattants. Faut-il s’en remettre aux seuls us et coutumes de la République pour le Droit à Réparation … jusqu’au jour où, disparus de la Mémoire collective, ils apparaitront comme un anachronisme. Pourtant, seul le Président de la République a le pouvoir d’engager la Force armée et donc ainsi de « créer » des combattants.

Ceux qui donnent tout, afin de remplir la Mission que leur confie le Chef de l’Etat, semblent être oubliés comme l’est leur famille. Le sang versé passe à la trappe, la jambe arrachée  à la trappe, la veuve et ses enfants à la trappe. C’est si facile d’oublier quand on n’est pas concerné.

Au moment où le discours politique n’est axé que sur la moralisation de la vie publique, le premier Devoir de la République envers ceux qui la servent, même au péril de leur vie, ce premier Devoir semble avoir disparu alors qu’il est d’abord moral.

S’agit-il d’anticiper sur la disparition d’un budget spécifique ? Ce serait odieux, honteux et inacceptable que des considérations purement financières viennent effacer ce qui est le devoir de la République.

L’Union fédérale, qui rappelle le lien charnel entre le Président de la République et les soldats qu’il missionne au risque de leur vie, demande qu’il soit remédié à ce qui apparait comme une faute grave envers le Devoir de Réparation de l’Etat

Communiqué de l’UF suite à l’annonce du nouveau gouvernement

L’Union fédérale s’inquiète de l’absence d’un Ministère dédié aux Anciens combattants et à la Réparation qui leur est due.

La diminution naturelle de leurs effectifs, qui est aussi la marque de l’absence de conflit majeur, ne peut en rien justifier l’abandon par l’Etat d’un Devoir moral envers ceux qu’il a missionné et qui risquent leur vie pour cette mission.

L’Union fédérale rappelle que le fait de guerre où des soldats français sont impliqués n’appartient qu’à la décision du seul Président de la République. Ne pas désigner un responsable spécifique aux Anciens combattants ou amalgamer un Secrétaire d’Etat dans un autre Ministère sans qu’il dispose de la compétence d’un ministère aurait comme effet immédiat d’abaisser au rang de la simple décision administrative ce qui ressort de la mission première du Chef de l’Etat : la sécurité des citoyens.

La Cérémonie d’investiture du Président de la République a rappelé à tous qu’il était d’abord ce chef à qui revient d’assumer cette sécurité de tous y compris par la guerre. Ce symbole doit recevoir une suite logique.

 

 

Communiqué de l’U.F suite à l’attentat du 20 avril 2017

Une nouvelle fois, nos forces de sécurité ont été la cible du terrorisme islamique. Jeudi 20 avril, l’un de nos policiers a été assassiné et deux autres grièvement blessés. Cet attentat, commis au nom de l’islamisme radical et totalitaire, fait suite à une longue série d’événements alarmants, tous liés entre eux par cette idéologie fascisante.

Nos pensées vont aux victimes et l’Union fédérale s’incline devant la douleur des familles,  des amis, des proches.

Nous voulons faire part de notre total soutien à toutes nos forces de sécurité. La France est en guerre et cette guerre se déroule sur notre sol, car l’ennemi est parmi nous. Il vit avec nous, dans nos villages, dans nos villes, dans nos quartiers. Il profite de nos libertés pour commettre les crimes les plus abjects avec comme seul objectif de nous asservir à son idéologie.

Dans la mission que leur donne la République, nos policiers, nos gendarmes, nos soldats font face à cet ennemi et parfois donnent leur vie pour protéger la nôtre. Ils ont Droit de Reconnaissance sur nous. Ce sont les combattants de notre Liberté, de notre Démocratie, car celles-ci n’existent pas sans Sécurité.