Archives de catégorie : Actualités

Un ancien Président nous a quittés

Monsieur Pierre VELON nous a quittés à l’âge de 90 ans. Il fut Président de l’Union Fédérale de 1992 à 1995.

Pierre VELON était Chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur, Chevalier de l’Ordre National du Mérite, Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques.

Communiqué du Président

Notre armée est en deuil. En quelques jours deux drames touchent nos soldats Hier, nos deux aviateurs, aujourd’hui deux sapeurs pompiers de Paris. C’est avec un profond respect qu’au nom de l’Union fédérale je m’incline devant nos soldats qui accomplissent leur devoir jusqu’au sacrifice. C’est avec une profonde émotion que je m’incline devant la douleur de leur famille et de leur proches. Je leur présente à toutes et à tous les sincères condoléances de l’Union fédérale. J’espère que très vite , ils ou elles sauront regarder de nouveau l’avenir avec confiance.

Vœux 2019

Le président national, les membres du bureau et le conseil d’administration vous présentent leurs meilleurs vœux à l’occasion de la nouvelle année.

Décret relatif à la carte du combattant 62/64

Le Ministre de l’action et des comptes publics et la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées arrêtent:

Art 1. L’annexe de l’arrêté du 12 janvier 1994 fixant la liste des opérations ouvrant droit à l’attribution de la carte du combattant est modifié comme suit: il est inséré après la rubrique ”Afghanistan”, la rubrique ”Algérie” ainsi rédigé:

Dans le cadre des missions menées en Algérie après le 2 juillet 1962 conformément aux accords d’Evian ”début de période 3 juillet 1962, fin de période 1er juillet 1964”

Art 2. Le présent décret entre en vigueur le 1er janvier 2019

Art 3. La directrice de l’ONAC-VG, le chef du service historique de la défense et les préfets sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté qui sera publié au journal officiel de la République Française.

Fait le 12 décembre 2018

Signé Gérald Darmanin et Geneviève Darrieussecq

Site internet ”Le grand mémorial”.

Si vous avez un parent qui est mort pour la France ou qui a participé à la Grande Guerre, vous pouvez consulter son livret militaire en vous rendant sur le site: Le grand mémorial” puis en remplissant les cases ad hoc.

Message du 5 décembre de l’Union Fédérale

Comme chaque année, nous sommes, ici, rassemblés pour rendre l’hommage solennel à nos soldats « Morts pour la France » durant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.

Les évènements de la Toussaint 54, ont amené le gouvernement à envoyer le contingent pour les opérations de maintien de l’ordre et de pacification dans ces départements d’Algérie qui, à l’époque, étaient français. Ces années reconnues de guerre, tardivement, ont impliqué non seulement notre jeunesse en âge de la conscription, mais les militaires d’active qui, rentraient d’Indochine, autre guerre coloniale. L’affaire des barricades révéla dans notre pays la fracture entre partisans d’une Algérie française et la majorité des Français.  Cette majorité très nette en faveur d’une Algérie indépendante amena aux négociations avec les rebelles puis aux accords d’Evian.

La fin de ce conflit a été dramatique pour toutes les populations qui composaient ce territoire. Nous avons une pensée particulière pour ceux qui ont été blessés ou ont perdu la vie, sous le drapeau français, dans les combats mais, également pour les populations civiles, trop souvent victimes innocentes de ces combats.

Nous avons une pensée particulière pour nos camarades Harkis et supplétifs, qui ont combattu sous le Drapeau français car leur fidélité allait à la France. Ils s’étaient déjà battus pour elle, ils continuaient à le faire. Certains avaient fait les campagnes d’Italie et d’Allemagne, dans les régiments de tirailleurs et goumiers, d’autres plus jeunes avaient été en Indochine mais pour la majorité, c’était leurs premiers combats.

Nous commémorons, aujourd’hui, sans esprit de repentance et de rancœur, le sacrifice de nos soldats dans cet épisode douloureux de notre Histoire.

Nous sommes fiers d’avoir servi la France.

Suite à la lettre au Président de la République

Je vous avais informés d’un courrier, que j’avais adressé au Président de la République, lui
faisant part de mon questionnement sur l’organisation des cérémonies du Centenaire de
l’Armistice sous l’Arc de Triomphe.
Je viens d’être avisé à l’instant des modifications apportées au déroulement de la cérémonie
mémorielle.
Les Présidents d’associations du Monde combattant dits du « Groupe des 12 » seront bien
présents sous l’Arc de Triomphe. Il n’est pas prévu de dépôt de gerbes le matin. Par contre,
dès l’après-midi à 16 h 30, j’honorerai la Tombe du Soldat inconnu par le dépôt d’une gerbe.
Cette cérémonie permettra à tous ceux du « Groupe des 12 » ainsi qu’aux Présidents des
Assemblées de faire leur Devoir mémoriel à l’égard de nos soldats Morts pour la France.
Le Président national

Lettre au président de la République

Monsieur le Président de la République,
Depuis cent ans, chaque année, la France commémore l’Armistice du Il novembre 1918. Cette année, cette
date marque la fin des activités mémorielles orchestrées par la Mission Centenaire et concernant les quatre
années « centenaires» de la grande guerre.
La cérémonie de l’année 2018 sera ainsi dotée d’une symbolique très forte. C’est pourquoi vous avez convié
à cette commémoration devant la Tombe du Soldat inconnu, sous l’Arc de Triomphe, nombre de Chefs
d’État ou de Gouvernement des pays concernés par cette guerre terrible où les morts et les victimes se
comptèrent par millions.
C’est le jour où la France reconnaît le sacrifice des siens, où elle honore tous ceux qui ont versé leur sang
pour qu’elle vive. Devant tous les Monuments aux Morts de notre pays, c’est l’occasion de mettre à
l’honneur, nos soldats et les survivants des différents conflits et missions extérieures: les anciens
combattants. Cela sera vrai dans toutes les villes et villages de France sauf dans notre capitale.
Pour des raisons qui m’apparaissent obscures, vous avez jugé judicieux d’écarter ceux qui méritent le plus
d’être au cœur de cette cérémonie mémorielle : ceux qui iront encore s’il le faut, obéissant à vos ordres,
verser leur sang et ceux qui, sous vos ordres, l’ont déjà versé.
L’Union fédérale des Associations françaises d’Anciens Combattants et Victimes de guerre que je préside
peut difficilement imaginer que soient écartés de la cérémonie nationale, que vous présiderez, nos soldats
afin de ne pas « déplaire à la Chancelière allemande» ni accepter que I~ groupe des Présidents des plus
anciennes associations du monde combattant, groupe dit « des Douze », ne se recueillent devant la Tombe du
Soldat inconnu au prétexte qu’ils « prendraient trop de place» dans le dispositif.
C’est pourquoi, l’Union fédérale et ses Drapeaux seront absents de ce qui m’apparaît être une mise en scène
déplacée en regard de cet événement mémoriel.

Communiqué

La France dispose depuis le 4 septembre d’un nouveau gouvernement. Dans celui-ci, nous ne distinguons toujours pas de responsable clairement identifié en charge des Anciens
Combattants, promesse du Président de la République quand il était candidat à la magistrature suprême.
Certains pourraient penser que les missions confiées à Madame la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées identifient clairement celle-ci? Non, ce n’est pas le cas et, bien
qu’elle remplisse parfaitement sa mission envers les anciens combattants, elle est clairement identifiée comme étant subordonnée à la Ministre des Armées; cette dernière n’est pas non plus dédiée aux anciens combattants. Alors pourquoi cette omission à laquelle il serait facile de remédier?
Un haut fonctionnaire de la Cour des Comptes, considérant que le Droit à Réparation était
frappé d’obsolescence, assimilait la Retraite du Combattant à une retraite complémentaire,
oubliant ainsi qu’il s’agissait de réparation. Ce ne serait après tout que la réflexion un peu
sotte d’un simple subordonné mais cette réflexion n’a pas fait l’objet d’un rappel à l’ordre de
ses supérieurs. S’agit-il d’une maladresse voulue? Nous pouvons penser que ce fonctionnaire, sans doute zélé, avait bien préparé son sujet. Pourquoi ce silence du responsable politique?
Nous entendons très souvent dans le discours de nos décideurs politiques le terme de devoir de reconnaissance envers nos soldats; c’est bien mais très insuffisant. La Reconnaissance est le premier élément de la Réparation mais elle est loin d’en être la globalité. Il semble que la réparation, devoir régalien de l’État, ait disparu du vocabulaire usuel; pourtant ce terme n’appartient-il pas toujours à la langue française!
Non, je ne serai vraiment rassuré que lorsque j’entendrai, dans le discours officiel, le terme de “Devoir de Réparation envers ceux qui donnent leur sang pour la France”.