ASSOCIATION NATIONALE DES MÉDECINS A.C

visuel_ass_medecins2
Anciens Combattants (A.N.M.A.C.)
94 av DebourgTél : 04 72 41 71 24Président : Docteur jacques BARTHE
122 rue Hippolyte Kahn

HISTORIQUE :

Initialement fondée sous le sigle ANMAC-AFN (Afrique Française du Nord)
– association créée en 1985 par un petit groupe de médecins lyonnais ayant participé activement au conflit d’Algérie
– puis l’Association s’est étoffée et a élargi son cadre en devenant en 1995, l’Association Nationale des Médecins Anciens Combattants ; ce qui lui permet d’accepter dans ses rangs, tous les médecins, pharmaciens, vétérinaires ayant servi dans les rangs de l’Armée Française au cours de différents conflits.
Elle a également, par ce nouveau statut, possibilité d’intégrer :
– des infirmiers (anciens des sections d’ infirmeries militaires)
– des veuves de médecins ayant adhéré ou non
– des Membres d’Honneur, personnalités choisies en fonction de leur appartenance au monde Ancien Combattant, ou ayant manifesté un intérêt particulier pour l’ANMAC

visuel_ass_medecins

FÉDÉRALISME et PARTENARIAT :

L’ANMAC est membre nationale et fille de droit de la Fédération Nationale des Associations
de Médecins Anciens Combattants (FNAMAC).
Association née après le 1er conflit en 1929, sous le titre de : Fédération Nationale des Médecins du Front, avec un bulletin annuel “Le Médecin du Front”.
Par le jeu inexorable des anciennetés et des rangs qui s’éclaircissent, I’ANMAC, la plus récente, donc la plus jeune, est maintenant l’Association la plus importante en nombre d’adhérents, de sympathisants, d’actions et de publications ; le Docteur Jean-Marie Briotet, Président-adjoint de l’ANMAC, est depuis 2004 Président de la FNAMAC.
L’ANMAC est en relation avec de grandes formations d’Anciens Combattants
– Union fédérale des associations françaises d’anciens combattants, victimes de guerre et des Jeunesses de l’Union fédérale (1 rue de Brissac 75004 Paris) dont elle est membre. Le Docteur Jacques Barthe participe comme Vice-président à son Bureau.
– Union Française des Associations de Combattants et Victimes de Guerre (Président Jacques Goujat, Président de I’UFAC) avec comme administrateur le Docteur Charles Vieville.
– particulièrement sur le plan local avec la FARAC (Fédération des Amicales Régimentaires et d’Anciens Combattants de Lyon et de sa Région (Président, Général François Lescel ; Vice-président, Docteur Jacques Barthe). Et avec la Commission Historique de la Guerre au Rectorat de Lyon.

SIÈGE :

94 av Debourg 69007 Lyon, dans les locaux partagés avec l’Association départementale des Combattants prisonniers de guerre et Combattants d’Algérie, Tunisie, Maroc et autres conflits (ADCPG-C.AC), l’Union nationale des combattants du Rhône, et les Veuves de guerre du Rhône.

SES MOYENS :

Modestes, une seule ressource la cotisation des membres.
Celle-ci actuellement fixée à 45 euros/an, d’où un budget annuel autour de 4500 euros (29500 F.), cotisation incluant l’abonnement au Cahier-Journal de l’Union fédérale des anciens combattants et au Bulletin de la Fédération Nationale des Associations de Médecins Anciens Combattants.
Heureusement pour boucler nos fréquentes années déficitaires, une subvention bienvenue (de 1525 euros en 2007) nous est attribuée par le Ministre délégué aux anciens combattants.
L ‘Association est habilitée à recevoir des dons et legs.

LES BUTS DE L’ASSOCIATION :

A.- Défense des droits :
– Carte du Combattant
– Titre de Reconnaissance de la Nation
– Retraite du Combattant
– Retraite Mutualiste
– Décorations
– Etc
De nombreuses fois, le Président et son Bureau ont rencontré le Ministre délégué aux Anciens Combattants pour discuter des problèmes spécifiques des Médecins et Personnels de Santé.
B- Travaux de Mémoire :
Le plus souvent publiés dans notre bulletin annuel en association avec la Fédération
– sur le rôle humanitaire, médico-social des Médecins du Service de santé, tout particulièrement méconnu, au cours des longs et douloureux conflits.
– prises de positions sur certaines dérives actuelles de l’Histoire.
– grâce à des recherches laborieuses, I’ANMAC a pu avec difficultés, établir la liste des Médecins d’Active et de Réserve, décédés pour la France en AFN, dans les multiples circonstances d’un tel conflit. En 1989, une plaque commémorative des 43 noms, a pu être apposée dans le hall de l’ancienne Faculté de Médecine de Paris (rue des Saints Pères) et une autre à l’Hôtel-Dieu de Lyon, concernant plus spécialement les 4 lyonnais décédés au combat.
C-Favoriser l’Amitié et la Solidarité entre nous : Et ce n’est pas un vain mot !
– par des rencontres pluri-annuelles, par notre congrès qui change de ville chaque année, par notre rencontre lyonnaise du ” mardi-gras ” annuelle pour les membres des départements proches
– par sa participation aux manifestations du souvenir: 11 novembre à l’Arc de Triomphe et à la Chapelle du Val de Grâce, puis devant notre monument dans le hall de l’Université René Descartes.
– Le 3 mars, chaque année, la Fédération ravive la Flamme à l’Arc de Triomphe.
– En novembre à Verdun, cérémonie du recueillement devant la stèle des Morts du Service de Santé pour la France.
– Chaque année en juin, à l’occasion du Congrès National, nous nous retrouvons pour une sortie amicale, culturelle et gastronomique… (en 2005 nous étions à Annecy, en 2006 à Tarbes, en 2007 à Luxeuil-les-Bains ; en 2008 nous serons à Albi.
– En 2004 et 2005, nous avons réalisé avec un grand succès l’opération “Reconstitution de la bibliothèque médicale francophone au Cambodge, avec nos amis de l’A.N.A.I. (Association Nationale des Anciens et Amis de l’Indochine).
En 2007, nous avons participé à la Réinsertion Professionnelle de jeunes en difficulté, à l’école Guynemer de Lyon, gérée par le service départemental de l’Office des anciens combattants et victimes de guerre.
En 2007, nous avons participé en tant que tuteurs à l’opération “Les anciens combattants mobilisés pour l’emploi”.

NOTRE BULLETIN :

Il nous justifie.
Il nous survivra.
Il est composé en accord harmonieux avec la Fédération.
Il est notre principal source de dépenses.
Il donne les nouvelles de l’année.
Il fait l’éloge des disparus.
Il dresse l’éphéméride des dates à retenir.
Il donne la parole à la mémoire.