Message de l’Union Fédérale à l’occasion du 11 novembre 2017

1917

Cette troisième année de guerre devait être décisive sur le plan militaire. Elle aura été surtout une année de doutes et de désillusions pour les combattants comme pour l’ensemble de la nation.

  • en février la Russie subit une révolution qui mettra à bas un régime dynastique.
  • en avril le congrès américain décide de son entrée en guerre à nos côtés.
  • 30 000 soldats du corps d’armée canadien s’emparent de Vimy, au nord d’Arras. Cette victoire leur coûtera près de 6000 morts.
  • Le général NIVELLE lance l’offensive du Chemin des Dames entre Soissons et Reims. Conduite avec entêtement malgré des conditions défavorables, ce sera une tragique catastrophe. En quinze jours, les français compteront 100 000 pertes dont 40 000 morts.
  • Beaucoup de sacrifices ont été demandés à nos soldats depuis le début de la guerre. Ils les ont acceptés mais ont à présent l’impression qu’ils étaient trop souvent inutiles.

De mai à juin beaucoup de nos divisions seront touchées par des refus d’obéissance. Des mutineries éclateront. Les tribunaux militaires condamneront 3200 soldats, 629 d’entre eux à la peine de mort. La majorité de ces derniers seront graciés par le Président de la République.

En juin, l’élément précurseur de l’armée américaine conduit par le général John PERSCHING débarque à Boulogne-sur-Mer.de juillet à novembre le Général Douglas HAIG commandant les troupes britanniques lance une attaque dans la boue des Flandres, à Passchendaele. Comme pour le Chemin des Dames le résultat en est catastrophique. La Grande-Bretagne y perd 250 000 hommes (morts, blessés, disparus, prisonniers).

Si la bataille de Cambrai confirme l’importance d’une arme nouvelle, le char d’assaut, elle n’apporte pas beaucoup de modification au déroulement des combats.

Fin octobre, une deuxième révolution en Russie voit la mise en place d’un régime totalitaire faisant du pays le premier régime communiste.

Fin novembre, arrivée d’une partie de la 42ème division du corps expéditionnaire Américain qui sera bientôt commandée par le Chef d’Etat-major Douglas MAC ARTHUR.

En cette fin d’année 1917 la France, ses alliés et leurs adversaires sont loin de se douter que cette situation faite de hauts et de bas durera encore une année.

Depuis ce temps, l’un des chapitres de notre Histoire, cent années se sont écoulées. Nous avons connu depuis une autre période dramatique précédée et suivie d’autres beaucoup plus favorables.

Quelles leçons en avons-nous tirées ?

Sans être fort heureusement confrontés à d’aussi grandes épreuves que celles vécues au siècle dernier notre pays, et ce depuis longtemps déjà, doit faire face à de très nombreuses situations, tant intérieures qu’extérieures qui le mettent en danger.

Nous ne pouvons qu’être inquiets de la situation actuelle dans laquelle il se trouve et nous soucier de son devenir.

Vive la République !

Vive la France !