Message de L’UNION FÉDÉRALE à l’occasion du 5 décembre 2016

C’est aujourd’hui le 5 décembre 2016, la journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France»
pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, de 1952 à 1962.
Nous sommes unis et rassemblés autour du souvenir de nos anciens et de leur famille, de nos amis,
de nos frères d’armes partis toujours trop tôt, victimes de cette guerre, de ces combats, de ces
meurtres qui hantent et hanteront encore longtemps nos esprits. Nous ne les oublierons jamais, nous
avons vis-à-vis d’eux un Devoir de Mémoire.
Nous devons nous souvenir du coût humain très lourd, près de 24000 Français morts pour la France
et de milliers d’autres blessés dans leur chair et dans leur âme.
Alors que la France terminait difficilement une guerre d’indépendance de l’Indochine, en Algérie,
encore département Français, une rébellion visant à l’indépendance, utilisant le terrorisme et la
guérilla comme modes d’action, sème la terreur au sein de la population civile.
Le 1 er novembre 1954, est officiellement lancée, une opération « dite» de « maintien de l’ordre»
ou de « pacification» et les appelés du contingent seront envoyés en nombre.
Cette année, le 25 septembre 2016, le Président de la République, a reconnu officiellement la
responsabilité française qui, en abandonnant la plupart de nos frères d’armes Harkis restés en
Algérie, permit leur massacre et celui, parfois, de leur famille. Notre souvenir, notre recueillement,
doit les associer à cette journée de mémoire.
Nous devons rester lucides et mesurer tout le poids de notre histoire. C’est elle qui nous enseigne
que nous avons la responsabilité d’oeuvrer à maintenir Paix, afin que le sacrifice de nos camarades,
qui se sont battus pour elle, qui se sont battus pour défendre la liberté et les valeurs de la république
ne soit pas vain.
Cette histoire nous apprend que la Paix n’est jamais définitivement acquise et qu’à tout moment la
folie de l’homme peut la remettre en cause. Aujourd’hui doit être aussi le moment pour tous, de
réfléchir afin d’aider la France à construire un avenir dans lequel, les générations futures seront en
Paix.