Actions Humanitaires

Aide à nos anciens camarades de combat originaires des pays de l’ex-communauté Française par Jacques BarthePrésident de la commission D : Affaires africaines, malgaches, indochinoises et humanitaires

Vous connaissez tous, et bon nombre d’entre nous l’ont même vécu à leurs côtés, l’engagement de dizaines de milliers de militaires natifs des pays du Maghreb, d’Afrique, de Madagascar ou de l’Indochine qui ont combattu, au péril de leur vie, pour défendre les intérêts de la France (pensez en particulier eu débarquement de Provence en août 1944).
Depuis l’indépendance de ces pays, c’est-à-dire, maintenant plusieurs décennies, on ne peut nier notre attitude cynique à leur égard qui consiste à ne pas leur accorder les mêmes droits qu’à nous.
C’est la raison pour laquelle l’Union fédérale, seule ou associée à d’autres fédérations d’anciens combattants, mène depuis des années, au profit de ces « oubliés », des actions dans trois les domaines : la DECRISTALLISATION, L’AIDE DIRECTE et L’AIDE IMMÉDIATE…

Décristallisation

Alors que nous la RÉCLAMIONS depuis des dizaines d’années pour nos anciens camarades de combat de l’ex communauté française et qu’en définitive peu d’avancées avaient été accordées, tout à coup, pour compter du 1er janvier 2007, ils ont obtenu et celle de la retraite du combattant et celle des pensions d’invalidité, c’est donc même plus que nous ne demandions et espérerions !!! Pourquoi ? D’abord parce que le Chef de l’Etat s’est lui-même impliqué et ensuite parce ce que le film INDIGÈNES a eu plus d’effet que nos très nombreuses motions… Et comme seul le résultat compte… eh bien nous sommes donc très satisfaits pour ces 80 000 anciens combattants encore vivants.

Aide immédiate

Le Conseil national pour les droits des anciens combattants d’Outre-Mer de l’Armée française a été créé en 1993.
Présidé par le Général qui dirige la Fédération nationale des anciens d’Outre-Mer (FNAOM), il regroupe une dizaine d’associations ou fédérations, dont l’Union fédérale, et son objectif principal est d’obtenir la décristallisation des pensions et retraites de nos anciens frères d’armes de l’ex communauté française.

Mais également, ce Conseil apporte un soutien financier à ces anciens combattants par le biais d’une commission d’Aide Immédiate, présidée du reste par le responsable de notre commission des Affaires africaines, Malgaches et Indochinoises, mais ce titre est surtout « honorifique », tout le travail étant effectué depuis des années par le Général Larrière (de la FNAOM) qui en assure depuis le début la trésorerie.

Cette Aide Immédiate est mise en place par le canal de nos Attachés de Défense dans nos Ambassades et permet de mener une action efficace auprès des plus démunis, voire de leurs veuves, notamment dans le domaine des médicaments ou des vêtements.
Actuellement, cette aide s’élève annuellement à 20 000 €uros dont la moitié est du reste assurée par les Gueules Cassées et notre participation se monte elle à 3 ou 4000 €uros par an.

Aide directe

Il s’agit là d’une aide que nous SEULS réalisons sur nos propres crédits et que nous accordons directement aux associations d’anciens combattants de ces pays de l’ex communauté française.
Dans la précédente brochure, parue en 1998 à l’occasion du 80ème anniversaire de l’Union fédérale, nous avons relaté sans les détailler toutes les actions menées au profit de nos anciens camarades de combat.

Il n’est pas possible de les reprendre une à une, mais, en les résumant, il s’est agi de fourniture de matériels de bureau (Côte d’Ivoire, Centrafrique, Comores et Mali), du don de centaines de vêtements (Afrique et Maghreb), de dotation de matériels médicaux (Mali, Maroc, Guinée, Sénégal), de la réhabilitation et l’aménagement de maison du combattant (Burkina Faso), de la réalisation d’un important dispensaire à Koutiala (1996 au Mali), enfin du soutien de l’Union fraternelle des anciens combattants d’expression française d’Afrique, de Madagascar et des Comores dont le président résidait encore en 2000 à notre siège parisien et dont nous prenions en charge le fonctionnement du secrétariat.

Depuis lors, nous continuons cette aide directe à hauteur de 7 à 8000 € par an. Elle est toujours très diversifiée et il n’est pas possible de la détailler, ce serait trop long…

Notons toutefois que nous soutenons toujours à hauteur de 760 € par an l’UFACEFAM qui depuis 2001 s’est installée au Togo, présidée par un Officier à la retraite de ce pays. Nous accordons également 915 € par an au dispensaire de Koutiala. Nous avons également participé à des opérations ponctuelles au profit de nombreux pays : Tchad (secours aux anciens combattants. Rénovation du foyer), Maroc (aide pour un pèlerinage en Italie), Burkina Faso (réfection de la maison du combattant de Bam-Kongoussi en liaison avec d’autres associations françaises), Togo (médicaments et tenues), Sénégal (création à Rufisque d’un foyer pour les « enfants des rues », mise en place de deux 4X4 obtenus auprès de l’Armée française), participation financière à la réalisation d’un film sur les Tirailleurs Malgaches ainsi qu’un déplacement de la famille d’un des tués de Bouaké en 2005.

Enfin, mais cette liste est loin d’être exhaustive, nous avons décidé il y a quelques mois d’accorder à la Guinée une subvention de 12 000 € pour réaliser à Conakry, au profit des anciens combattants et de leurs familles, un dispensaire qui a été inauguré en septembre 2006.

Actions humanitaires – Solidarité

t_solennel

 

Notre devise instruite par nos fondateurs en 1918 ” servir, sans se servir, ni s’asservir “, nous conduit à faire preuve d’altruisme en permanence envers des familles démunies et toute une population en pleine détresse. Exigence voulue par nos cœurs envers des camarades plus malheureux que nous, exigence de nos consciences de citoyens français qui n’acceptent pas que leur nation se déshonore dans l’injustice à l’égard de ceux qui ont offert leur sang pour qu’elle vive libre.

L’action que mène l’Union fédérale depuis plus de 15 ans dans le cadre du pacte de POITIERS signé avec l’Union fraternelle des anciens combattants d’expression française d’Afrique et de Madagascar (UFACEFAM), est venu sollenniser des démonstrations bien antérieures de solidarité à l’égard de nos amis d’outre mer.

De tous temps, en puisant généralement dans ses ressources propres, l’Union fédérale a aidé ponctuellement ses adhérents et familles démunies, en difficulté lors des catastrophes naturelles, sur le territoire français et dans le monde entier avec la participation des chevaliers de l’ordre de Malte.

  • Quelques exemples de nos actions , acheminement sur place et distribution des produits par nos soins :
    • EN EUROPE :1987 : BOSNIE diverses interventions SARAJEVO
      1992-1998 : ROUMANIE – équipement des orphelinats n°1 – 2 – 7, Hôpital de GRIVATA, vêtements, produits alimentaires, médicaments pour les vétérans du Razboï et du village de DRAGOSLOVENI.
      1999 : KOSOVO – plus de 50 m3 de produits divers, l’ensemble livré au camp de l’ordre de Malte en ALBANIE.
      2000 : HONGRIE – vêtements et médicaments pour l’hôpital et institut de soins de BAILASSAOYARMAT.
      2000 : BULGARIE – Maison Saint Nicolas de l’ordre de malte à SOFIA.
      2002 – HONGRIE, BULGARIE, CROATIE: convoi de produits de première nécessité destinés aux orphelinats.
      2003 – MONTENEGRO : livres scolaires, revues diverses, jouets.
      CROATIE : produits d’hygiène et d’entretien.
    • EN AFRIQUE :
      • MALI : 1989 à 2000 – réalisation du dispensaire de KOUTIALA, envoi de médicaments et équipement para-médical et prise en charge des salaires du médecin et de l’infirmière.
        BAMAKO – équipement de gros matériel médical à l’hôpital du point G (radioscope Siemens neuf)

        koutiala_medium
         
         
        • BURKINA-FASO : réhabilitation des maisons du combattant avec équipements intérieurs :
          · 1996 – OUAHIGOUYA
          · 1997 – BANFORA
          · 1998 – BOBO-DIOULASSO
          · 1999 – TOUGAN
          · Equipement complet de 4 classes et 2 dortoirs de l’école de la gendarmerie nationale avec la collaboration de l’ambassade de France à OUAGADOUGOU.
        • GUINEE : installation de 2 dispensaires mobiles et bourse de formation à Paris pour un jeune médecin.
          Rénovation de la maison du combattant de CONAKRY.
        • COTE D’IVOIRE : fourniture d’équipement et matériel de bureau pour les maisons du combattant ainsi que des médicaments. Fourniture d’un climatiseur au dispensaire.
        • SENEGAL : DAKAR – 1997 – fourniture et installation à l’hôpital central de 2 blocs opératoires et de 1 autoclave.
          Centre d’appareillage de DAKAR : fourniture de 2 véhicules 4×4 plus un autre affecté à une région distante de 300 km de Dakar.
        • TOGO : participation à l’achat d’un numérateur globulaire pour l’hôpital d’AFANAGAN, sous la directive du Docteur Verges de Paris, spécialiste en néphrologie.
        • MAROC : 1998 – fourniture et installation de matériel pour le cabinet dentaire de RABAT.
        • CONGO BRAZZAVILLE : 2000 et 2001 – envoi de médicaments.
        • MALI : le 22 janvier 2001, envoi d’un conteneur de médicaments, de matériel paramédical et de jouets destinés à une crèche de Koutiala.
        • SEGOU : installation d’un cabinet médical, don du Docteur L. Barthe (équipement radioscopique et nombreux matériel para médical).
        • 2002-2003 : SENEGAL – DAKAR. envoi de médicaments, produits d’hygiène, matériel para médical, jouets.
        • 2003 – MALI : médicaments, jouets, divers matériels pour le dispensaire de Koutiala.
        • 10 juin 2004 : inauguration de la Maison du Combattant de BAM-KONGOUSSI après travaux de réfection réalisés avec le concours de l’Union fédérale.
        • 2006 – Guinée : l’Union fédérale a décidé, il y a quelques mois d’accorder à la Guinée une subvention de 12 000 € pour réaliser à Conakry, la construction d’un dispensaire, au profit des anciens combattants et de leurs familles. Action conduite par le Lieutenant-Colonel Pauc, Attaché de Défense près l’Ambassade de France.

        OLYMPUS DIGITAL CAMERA

        Inauguration du dispensaire de Conakry, le 18.09.2006

        OLYMPUS DIGITAL CAMERAColonel Kandé Touré, Directeur de cabinet du Président de la République et Ministre de la Défense de Guinée et Serge Cours, Président national

        LE DISPENSAIRE DE CONAKRY

        Les lecteurs de glycémie adressés par l’Union fédérale sont bien arrivés en Guinée !
        Merci au Colonel Moncomble, Attaché de Défense, à l’Ambassade de France, qui les a acheminés au dispensaire.
        Sur la photo on peut voir à côté du Colonel le médecin du dispensaire (au centre) et le président des anciens combattants.
        Docteur Jacques Barthe

photo_guinnee_ac

 

  • MISSIONS PONCTUELLES :

Nos missions se poursuivent, car pour nous, une action humanitaire n’est jamais finie…
Raymond GARNIER

ENTRAIDE ET SOLIDARITE (président Robert DASTE)

  • Les buts :

L’un des rôles essentiels des associations d’anciens combattants est de venir en aide à leurs adhérents dans le besoin.
Le fonds d’action sociale de l’Union fédérale a été créé pour répondre à une réelle priorité en direction de ses membres :

– aides prioritaires aux adhérents confrontés à des difficultés particulières ;
– secours aux victimes de catastrophes ;
– à titre exceptionnel les grandes causes humanitaires.
– l’un des principes de base est la rapidité d’intervention.

  • Provenance et gestion des fonds :

Le fonds d’action sociale est alimenté par les dons des adhérents.
Ces fonds sont versés sur un compte spécial. La gestion est entièrement bénévole et la totalité des sommes reçues est affectée aux secours et aides consentis aux adhérents.
L’Union fédérale étant reconnue d’utilité publique par décret en date du 25 juin 1952, les dons reçus par le fonds d’action sociale bénéficient des déductions fiscales prévues par la loi de finance en vigueur.

  • Quelques interventions du fonds d’action sociale :
     inondation

Les anciens combattants victimes du cyclone Hugo, de la catastrophe de Vaison la Romaine, des inondations catastrophiques de 1999 et 2000, en 2001 la Somme, en 2002 le Gard, le Vaucluse, etc…

  • Les aides et secours alloués depuis 1992
Année Nombre de secours Montant global
1992 34 19 714 €
1993 11 5 716 €
1994 38 15 107 €
1995 57 16 998 €
1996 51 21 952 €
1997 59 23 522 €
1998 53 18 392 €
1999 48 20 199 €
2000 112 29 093 €
2001 34 61 264 €
2002 137 38 814 €
2003 117 71 423 €
2004 56 26 540 €
2005 39 18 082 €
2006 66 28 660 €
2007 69 30 240 €
2008 62 38 440 €
2009 46 27 090 €
2010 81 44 400 €
2011 56 34 010 €
2012 70 39 650 €
2013 43 26 780 €