Défense de la Paix

L’action internationale de l’Union Fédérale :

Défense de la paix et affaires internationales

René Cassin écrivait en 1934 : ” c’est en 1921, au moment où la reconstruction intérieure absorbait tous les esprits, que l’Union fédérale, regardant hardiment au-delà des frontières, a envisagé dans son ensemble le problème de la paix et proclamé qu’en utilisant sa victoire au profit de tous, la France servirait le mieux ses intérêts permanents, inséparables de la Paix “.

– 1925 : coordination au sein de la CIAMAC (confédération internationale des associations de mutilés et d’anciens combattants) – Henri Pichot (U.F.) président de la CIAMAC en 1927-28
– dans les années 30 : rencontres avec les confédérations internationales (Allemagne, Italie, Angleterre, Belgique, Roumanie, Pologne, Autriche, Tchécoslovaquie) – soutien à l’institution de Genève (SDN)
– janvier 1950 : l’UF intervient auprès du gouvernement français pour que toute initiative soit prise qui soit susceptible de d’amener la cessation des hostilités en Indochine
– novembre 1950 : création de la fédération mondiale des anciens combattants (FMAC) – Emile Pierret-Gérard en sera président à partir de 1959.

– 1958 : interventions de René Cassin sur le drame algérien
– 1963 : l’UF dénonce le péril atomique
– 1984 : Pacte de Poitiers conclut avec l’Union fraternelle des anciens combattants d’expression française d’Afrique, de Madagascar et des Comores (UFACEFAM)

L’Union fédérale participe activement à l’étude et l’élaboration de nombreuses motions qui traitent des grands problèmes et des conflits qui agitent le monde. Elle entretient des relations de coopération avec les anciens combattants allemands (VDK et Reichsbund), russes, italiens, canadiens, louisianais, et participe activement aux travaux de l’Union Française des Anciens Combattants et victimes de guerre (UFAC), de la Confédération Européenne des Anciens Combattants (CEAC) dont le président est Jacques Derivière, de l’Union fédérale. L’Union fédérale est également présente au sein du conseil d’administration de l’institut international des droits de l’homme, au comité du souvenir de Verdun, au comité français des ONG auprès de l’ONU.

De nombreuses motions témoignent de l’action de l’Union fédérale en faveur de la Paix dans le monde. On notera les principales rédigées au cours des dernières années :
– juin 1995 : demande au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’arbitrage par des cours régionales entre les parties concernées, dans les conflits nés depuis l’effondrement du bloc soviétique (ex Yougoslavie)
– mai 1996 : réclame l’interdiction totale des mines anti-personnel et la destruction totale des stocks existants
– mai 1996 : demande l’arrêt des activités militaires au moyen orient (Israël, Liban, Syrie)
– janvier 1997 : condamne tous les actes de terrorisme
– janvier 1997 : s’indigne qu’un état s’autorise à pratiquer la torture
– mai 1997 : demande que tous les états adhèrent à la convention sur les armes chimiques en vigueur depuis le 29 avril
– mai 1997 : adjure toutes les puissances intervenant dans le conflit du Zaïre, de mettre fin aux combats
– mai 1997 : mise en garde des opinions contre l’indifférence à l’égard des conflits du Proche Orient
– octobre 1997 : condamne les attentats au Proche Orient et souhaite le concours de l’ONU et de la Communauté Européenne
– octobre 1997 : demande avec insistance la création d’une cour pénale internationale
– octobre 1997 : en appelle à l’ONU pour qu’elle fasse cesser les atrocités commises depuis plusieurs mois en Algérie
– janvier 1998 : demande la poursuite de l’action en faveur des victimes des mines anti-personnel
– mai 1999 : souhaite qu’une solution diplomatique soit rapidement recherchée pour mettre fin à la tragique situation du Kosovo
– octobre 1999 : demande le rétablissement de la paix au Timor oriental
– juin 2000 : souhaite le renforcement des mesures propres à faire obstacle au risque de dissémination des armes atomiques.
– Juin 2000 : invite fermement le gouvernement français à revenir sur ses réserves relatives aux compétences de la cour pénale internationale
– Juin 2000 : souhaite que l’accès à l’enseignement primaire et gratuit soit ouvert à tous les jeunes – condamne avec horreur le comportement des milices qui utilisent des enfants parfois âgés de moins de 15 ans pour en faire des combattants
– Juin 2000 : appelle les dirigeant russes à permettre la visite des camps de détenus tchéchénes par la Croix Rouge conformément à la convention de Genève et demande la cessation des crimes commis en Tchétchénie
– Octobre 2000 : demande aux Nations Unies de faire respecter l’accord de Charm El Cheikh (Israël -Palestine)
– Octobre 2000 : condamne les attentats récemment perpétrés en France contre des lieux de culte.

REMARQUE TRES IMPORTANTE

Les associations françaises d’anciens combattants ne sont pas habilitées à traiter des problèmes administratifs concernant la carte du combattant, la retraite du combattant, les pensions d’invalidité, la réversion, l’attribution de la nationalité française, etc.
Les éventuelles demandes complétées par l’adjonction de documents justificatifs, sont à faire parvenir, suivant le pays de résidence, aux adresses suivantes :

Pour l’Algérie :
– O.N.A.C. Direction départementale de Paris, 295 Rue Saint Jacques, 75005 PARIS

Pour le Maroc :
– Direction départementale de l’O.N.A.C., Rue Neuve Bourg l’Abbé, 14000 CAEN

Pour la Tunisie et les Comores : – Direction départementale de l’O.N.A.C.,47 Cours Pierre Puget, 13006 MARSEILLE

Pour l’Afrique ( Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Centre Afrique, Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Madagascar, Mali, Mauritanie,Tchad,Togo ) :
– Direction départementale de l’O.N.A.C., 3 Avenue Dufau, 64000 PAU